Réunion atelier emploi, formations et recherche du 17 décembre 2013

Atelier  Emploi, Formations et Recherche

 

 

Compte rendu de Nathalie Fabry et Sylvain Zeghni

 

I. Le contexte général

La France, première destination touristique au monde, accueille l’équivalent de la moitié des nouveaux flux touristiques internationaux annuels : nous sommes peu de chose et le leadership de la France est contestable et contesté.

Un contexte mondial en mouvement :

  • Le tourisme connaît une croissance quasi continue depuis plusieurs décennies dans le monde. L’OMT table sur une croissance annuelle de 3,3% des arrivées internationales jusqu’en 2030 pour atteindre 1,8 milliard à cette date. La croissance annuelle est de 43 millions d’entrées/an soit la moitié des entrées annuelles en France.
  • Emergence de nouvelles destinations qui viennent challenger les destinations européennes et américaines du nord.

Les enjeux du tourisme pour une économie : du développement du tourisme au développement économique local par le tourisme

  • Le tourisme génère des recettes que l’économie locale se doit de « capter » afin de pouvoir développer les emplois directs, indirects et induits. Le tourisme est important parce que cette activité essaime dans le tissu économique local bien au-delà du secteur touristique.
  • Il faut être en mesure de faire en sorte que le territoire bénéficie d’externalités positives du tourisme.

Un changement de paradigme concurrentiel et analytique :

  • Ne pas chercher à développer le tourisme mais un certain type de tourisme donc se spécialiser.
  • Chercher les croisements de type « tourisme et shopping », « tourisme et mémoire », « tourisme et gastronomie », etc. pour irriguer le territoire de tourisme et générer de la valeur sur une base ancrée.
  • Structurer la filière qui n’a pas de visibilité au regard de son importance économique.
  • Le tourisme du futur contribuera à valoriser / développer les actifs territoriaux et à construire un portefeuille d’actifs pertinents.

 

Vu sous cet angle, le tourisme certes une affaire de statistiques mais surtout une affaire de stratégie industrielle et de spécialisation essentiellement tirées par la demande. Ce nouveau paradigme peut se résumer à la notion de « Management de la destination ». Quel peut être le rôle de la commission « Emploi, Formations et Recherche » dans ce contexte ?

II. La commission « Emploi, Formations et recherche »

L’objet de la commission n’est pas de refaire le monde mais de partir, par exemple, du rapport Nogué ou de l’étude de Atout-France sur les « référentiel d’activités tourisme et hôtellerie » pour l’enseignement supérieur mais de proposer des axes de progression qui ne nécessitent pas de grands moyens financiers.

 

L’objectif est de permettre :

  • D‘améliorer la compétitivité touristique de la France pour les années à venir
  • De développer et renforcer le savoir, la compétence et la formation initiale tout au long de la vie
  • De promouvoir les pratiques innovantes y compris en matière de transition énergétique.

 

Par la valorisation des formations et la recherche de haut niveau capable de :

  • Contribuer à comprendre, analyser et anticiper les mutations du secteur en France et dans le monde.
  • Proposer des formations professionnelles de haut niveau qui accompagnent la mutation des métiers et des pratiques d’accueil plus axées sur l’expérience et l’émotion.
  • Offrir des passerelles et des opportunités d’employabilité.

 

Les axes de travail peuvent être :

Reconnaissance Favoriser la reconnaissance explicite du tourisme et sa pluridisciplinarité : ·       Par le MEN : valorisation des métiers

·       Par le MESR, le CNU et autres instances universitaires

Transmission Renforcer les liens intergénérationnels dans la transmission du savoir et des savoir-faire : ·       Créer un « statut » qui permet aux « jeunes » retraités au delà de 65 ans de venir bénévolement ou non enseigner à l’université (ou ailleurs) quelques heures ; animer des conférences et des débats métiers ; ou encore coacher des jeunes, etc.

·       Développer le parrainage entre les « anciens » expérimentés et les jeunes désireux de créer leur entreprise.

Création de savoir Renforcer les liens entre les entreprises, les territoires et les établissements d’enseignement et les universités ·       Faciliter le développement des chaires d’entreprises dans les universités

·       Développer les thèses CIFRE et ne pas les cantonner aux « grandes » entreprises

·       Elaboration de projets de recherche communs entre les entreprises et les universités

Les nouvelles donne concurrentielle ·       Une industrie de demande

·       Le management des destinations

Les nouvelles donnes de l’accueil ·       Accueil de publics nouveaux

·       Dématérialisation et importance de l’émotion et de l’expérience

Diffusion du savoir Développer des formes innovantes de formation tout au long de la vie qualifiantes et diplômantes. ·       Permettre le maintien en poste des actifs

·       Développer l’employabilité

·       Développer des compétences spécifiques : langues, accueil, TIC, etc.

·       Favoriser les passerelles (VAE, validation partielles, diplômant et qualifiant)

Valorisation Offrir un portail de connaissances variées et décloisonnées sur le tourisme dans l’esprit de Canal académie (1). ·       Il s’agit de permettre de valoriser les divers métiers, par des témoignages d’acteurs reconnus, etc.

·       Il s’agit de faire le lien avec les territoires, les ressources et les métiers impactés par le tourisme.

·       S’appuyer sur les pratiques pédagogiques innovantes (outils, supports, méthodes)

Notes (1)http://www.canalacademie.com ou encore http://www.france-universite-numerique.fr

 

 

Pour information

L’association Astres (Association Tourisme Recherche et Enseignement Supérieur) organisera le 20 janvier 2014 au Presse Club sa première rencontre professionnelle sur le thème : « Les universités font du tourisme » une réflexion sur les enjeux et les perspectives de la formation initiale et continue de haut et très haut niveau pour les universités françaises.

L’association AsTRES regroupe neuf universités ayant des formations identifiées et des recherches dans le domaine du tourisme (Université d’Angers, Université de Bourgogne, Université Joseph Fourier Grenoble, Université Pierre Mendes-France de Grenoble, Université Nice Sophia-Antipolis, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (IREST), Université Sorbonne Nouvelle Paris III, Université de Toulouse II le Mirail, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, ainsi que le CNAM, l’IFSTTAR et l’IRSTEA.

http://www.association-astres.fr/fr/