Le temps passe mais, étrangement, le tourisme reste aux Affaires Etrangères.

http://www.quotidiendutourisme.com/profession/macron-a-tranche-le-tourisme-reste-au-quai-dorsay/145764

 

Macron a tranché : le Tourisme reste au Quai d’Orsay !

 

Le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, vient de décider par décret en date du 24 mai 2017 que le Tourisme resterait au ministère des Affaires étrangères, sous la tutelle de Jean-Yves Le Drian.

 

Et nous y revoilà ! Encore une fois, le Tourisme qui représente le premier solde positif de notre balance des paiements, est inscrit dans la mauvaise case.

 

C’est Monsieur Le Drian (qui fut un excellent ministre de la Défense, certes) qui va en assumer la “compétence » ministérielle en qualité de ministre des affaires étrangères ! Erreur d’aiguillage, encore une fois.

 

Bien sûr, le Tourisme concourt au développement international par une mise en marché pertinente de nos produits touristiques. Mais encore faut-il que ces productions soient de haute qualité et compétitives par rapport à celles des pays récepteurs concurrents (les rapports internationaux démontrant que la France ne cesse, depuis 15 ans, de perdre des parts de marché dans le monde et, même, en Europe).

 

Tout ce que nous produisons en termes de Tourisme (de loisirs, d’affaires, de culture et patrimoine, d’évènements, de nature…. sur nos littoraux, dans nos campagnes, nos centres urbains, nos montagnes…) se conçoit, se construit, se développe sur nos territoires avec tous les acteurs concernés directement (hôteliers/restaurateurs, voyagistes, transporteurs, institutionnels du tourisme) ou indirectement (tant d’autres secteurs d’activités sont concernés par les activités touristiques). L’aménagement du territoire, les équipements structurants, la valorisation de nos atouts culturels, naturels et patrimoniaux ne peuvent être de compétence « affaires étrangères ».

 

Depuis des décennies, les gouvernements n’ont cessé de faire vagabonder le Tourisme (Ministères de l’Equipement, des transports, du logement……de l’Économie et maintenant des Affaires étrangères)

 

Étrange qu’on ait aussi peu de considération pour ce domaine d’activités, pilier de notre économie et porteur d’un tel potentiel de développement, au point de ne pas savoir bien le situer dans le paysage de la gouvernance ministérielle !

 

Quand comprendra-t-on ? Quand admettra-t-on que la dépendance et l’impact du Tourisme sur tant d’autres secteurs d’activités, son implication sur tous nos territoires, son indispensable appropriation et son influence sur toutes les générations et toutes les classes sociales en font un domaine essentiellement transversal qui imposerait une gouvernance interministérielle.

 

Une administration centrale interministérielle présidée par une personnalité (issue du monde de l’Entreprise), elle même placée sous l’autorité du Premier Ministre. Voilà la seule solution pour redonner à notre industrie touristique l’élan indispensable pour nous repositionner dans le paysage des grands pays touristiques du monde : » Pour une France, première puissance touristique mondiale ».

 

Elle en aurait tous les moyens si nos gouvernants en comprenaient l’intérêt et en exprimaient la volonté. C’est ce que je propose depuis 15 ans et que nous défendons dans le cadre de l’association « Avenir France Tourisme ».

 

Au vu des délégations ministérielles qui viennent d’être attribuées, il n’apparait pas que notre Tourisme soit « En marche ». Dommage !

 

Jean-Michel Couve