Tourisme Social & Solidaire

Les constats

Le tourisme dit « social et de solidarité » occupe une place beaucoup plus importante qu’il ne peut y paraître.

A l’heure actuelle, entre 65% des français ne partent pas en vacances. Essentiellement, par manque de moyens.

Les hébergements a objet social et de statut associatif nécessitent des mises aux normes, des réhabilitations, des extensions : les moyens financiers leur manquent.

Or l’Agence Nationale des Chèques Vacances (ANCV) édite et diffuse dans les entreprises, collectivités et les organismes sociaux des bons dont les montants sont pris en charge à la fois par les salariés et par l’entreprise ou l’administration. Une part des recettes constituées est reversée aux établissements d’hébergement sociaux mais ces dotations se sont réduites.

L’ANCV ne diffuse que des chèques vacances mais en fait bénéficier aussi des cadres à salaires élevés,

Les propositions

Transformation de l’ANCV en Agence Nationale Solidarité Vacances éditant et diffusant d’autres types de chèques (ch. Restaurant, ch. Transport, ch. Enfant et jeune, montagne et littoral, ch.sénior, ch.station verte..)

Destinés de manière exclusive aux salaires en dessous du plafond de la Sécurité sociale et pour des prestations en faveur des publics défavorisés, jeunes, actifs, personnes âgées ou handicapées.

Au dessus d’un salaire dont il faudra fixer les montants : maintien du chèque vacances à distribuer par des entreprises privées (Accor, Sodexo, …)

Ainsi l’Agence nationale reviendra à son objet premier de l’Ordonnance de 1982 : au bénéfice des publics à revenus modestes ou en difficulté. Et de nouveau moyens financiers pourraient, ainsi, être trouvés.

En savoir +

Nos compte-rendus

Text Box Text